Axe "Biomarqueurs sanguins dans les lymphomes B"

--
Depuis une dizaine d’années, au-delà de la chimiothérapie combinée au 1er anticorps anti-CD20 (rituximab) permettant un ciblage des lymphocytes B tumoraux, l’arsenal thérapeutique anti-lymphomateux s’est étoffé grâce aux progrès de la recherche dans la compréhension des mécanismes de fonctionnement de la cellule cancéreuse et du soutien du microenvironnement tumoral : se sont ainsi développées les thérapies dites « ciblées » et l’immunothérapie. Néanmoins, malgré ces avancées décisives, la variabilité de la réponse clinique est telle qu’il est toujours difficile de prédire l’efficacité d’un traitement donné.

Au SITI, nous travaillons à une meilleure compréhension de l’impact des nouvelles drogues sur les cellules tumorales ainsi que sur les cellules du microenvironnement tumoral, grâce au suivi immunologique des patients tout au long de leur traitement.

Nous nous intéressons tout particulièrement au compartiment sanguin, facilement accessible, qui permet d’analyser à la fois les cellules lymphomateuses circulantes (contrepartie potentielle de la tumeur ganglionnaire), mais aussi les cellules immunitaires dont l’état d’activation peut refléter la réaction systémique au cancer.

Notre objectif final est d’identifier des biomarqueurs sanguins prédictifs de l’efficacité d’un traitement, permettant à terme un suivi personnalisé de l’évolution de la pathologie et l’adaptation du traitement.

Le SITI est actuellement en charge de l’immuno-monitoring de trois protocoles sur cette thématique :

  • le protocole FLIRT, qui compare 2 voies d’administration du rituximab chez les patients atteints de lymphome folliculaire de faible masse ;
  • le protocole GALEN qui étudie le lenalidomide, médicament appartenant à la famille des drogues immunomodulatrices qui prend une part de plus en plus importante dans le traitement des lymphomes ;
  • le protocole NIVEAU, qui teste le bénéfice de l’immunothérapie par nivolumab chez les patients atteints d’un lymphome agressif non-Hodgkinien en rechute ou réfractaire aux autres traitements.